Tag Archive: Ségolène Royal


GESTUELLE…

Yann Librati

Yann Librati

Un petit moment d’observation… Déjà, lors de la présentation de la liste des européennes du parti socialiste, j’avais remarqué la gestuelle un peu « pantin » de Martine Aubry et je cherchais d’ailleurs qui pouvait bien tirer les ficelles… Il en est de même pour Yann Librati, conseiller municipal du parti socialiste niçois… Regardez bien ses mains et, posez-vous la question si vous écoutez avec autant d’intensité ses paroles…

Le discours, qui semble changer. Non plus un vote sanction, pas uniquement, un vote d’adhésion, certes. Mais Yann Librati dit qu’il faut dépasser le « je vote mais qu’est-ce que ça me rapporte à moi ».  Phrase très pertinente, car les électeurs ne sont plus dupes. On sait ce que cela « rapporte » aux élus d’être en place, de cumuler les mandats. Les électeurs ne voient pas quel est leur intérêt pour cette élection européenne, l’Europe c’est loin et pourtant…

Si les mots pouvaient suffire… Les socialistes cherchent une base électorale qui pourrait aller au-delà d’une simple opposition comme il semblerait que seul François Bayrou se poserait contre Nicolas Sarkozy.
Martine Aubry tente de récupérer un électorat populaire, tant dans le public que le privé, « les français sont solidaires vis à vis de l’extérieur, et non pas de fermer ses frontières ». « les Français, c’est cela »… J’espère qu’ils s’y retrouvent, les « Français », dans ces paroles.
Il est vrai que lors des dernières manifestations, le privé avait rejoint le public, ce qui n’enlève peut-être pas la grogne quant aux grèves…

Le parti socialiste se réveillerait-il enfin, et, Ségolène Royal, qui perd de son souffle, aurait négocié son retour au sein du parti.

Lire : La place qu’elle voudra, du Figaro.

Ségolène Royal à Dakar

Ségolène Royal à Dakar

Même après la dispersion de ses troupes et l’intégration de certains de ses meilleurs soutiens dans la direction d u parti, Ségolène Royal tient la barre et continue à surfer sur la voie médiatique d’une manière intelligente tout en y alliant le coeur comme à Dakar, ville de sa naissance. Après avoir été raillée par l’UMP, ce qui ressemble plus à une crainte qu’à autre chose, Ségolène Royal revoit sa côte de popularité à la hausse (14%) en dépassant à nouveau Olivier Besansenot (13%), ce qui prouve au moins une chose, le besoin d’une humanisation de la politique… Une humanité donc, alliée à l’utilisation des outils employés par Nicolas Sarkozy même : les médias.

Personnellement, je trouve que même si cela n’est pas forcément l’outil que certains nommeraient de plus éthique, c’est pourtant une des voies les plus efficaces pour pouvoir réunir une force d’opposition audible avec, entre autres, ce besoin de médiatisation des choses et des des personnes qui porte bien plus ses fruits sinon l’arbre lui-même. En dépassant ainsi Olivier Besancenot, elle démontre que la population a besoin d’humanité, et, demander pardon, c’est se comporter en tant que mère, mère d’une nation, responsable mais humble, à l’encontre d’une force sarkostique méprisante qui devient intolérable en cette période de crise.

Martine Aubry se tient dans le peloton de tête avec 9% mais le grand perdant est François Bayrou qui n’accumule que 4%, est renié par ses propres partisans qui lui préfèrent Olivier Besancenot. La raison est pour moi évidente. Je me situe toujours en simple citoyenne éclairée et ce qui m’éclaire, justement, est la discrétion de François Bayrou, du MoDem en général, de la non-prise de position claire et évidente, comme si (c’est mon impression) le MoDem surfait en silence, pour ne point attiser les tensions, même s’il est un travail de terrain évident, du moins, une position claire et déterminée dans l’actualité leur fait gravement défaut, et ce, encore une fois, en cette période de crise… Et pourtant, j’en suis certaine, les idées ne manquent pas. Ainsi, est-il utile de le répéter, ne serait-il pas utile pour le parti socialiste de réellement intégrer Ségolène Royal en son sein ? Est-ce possible ? Un journaliste disait que Ségolène Royal ne visait que 2012, un de mes amis dit qu’une présidentielle se prépare à l’avance, bien à l’avance et il n’a pas tort. Alors, qui est dans la vérité ?  Un travail de terrain est nécessaire, un travail de tous les jours pour soigner les maux de la crise, certes, mais, au bout du compte, qu’est-il plus urgent de faire ? Tout. Car Nicolas Sarkozy y pense déjà, en 2012, comme notre maire, Christian Estrosi, pense déjà à son prochain mandat. Je dois avouer que je suis agréablement surprise du travail de l’opposition à Nice, un réel progrès s’est fait sentir. Comme cette présentation claire des avantages et inconvénients de la ligne 2 du tram.

Je crois que la question, enfin, une des questions principales à se poser est : que voulons-nous pour 2012 ? C’est loin, certes, et la crise est là et je sais bien de quoi je parle, puisque j’en souffre également, puisque je vois d’autres personnes en souffrir, et, s’il faut adoucir cette crise, il faut également prendre en compte  le long terme. Alors, la cigale et la fourmi peuvent-elles s’entendre ?

Plus d’infos sur le sondage sur Le Figaro.fr