Tag Archive: photographies


Un moyen pour moi de m’évader, de penser à autre chose, avec cette passion de la photographie et de ma région. Besoin d’aide, car, après un an et demi d’arrêt de travail, il m’est difficile de remplacer un appareil « fatigué » et un peu cassé.

Même un, deux euros peuvent m’aider, merci.

Le lien de la cagnotte :

https://www.leetchi.com/c/phototherapie

Publicités

NOEL APPROCHE…

Noël approche, la magie de cette période de l’année est souvent gâchée par son côté un peu trop commercial. Et pourtant, si on ne se laisse pas envahir, il reste quand même ces moments un peu spéciaux qui font resurgir plein de souvenirs, et nous font rêver. Ne gardons dans notre coeur que ces instants-là, et laissons-nous charmer par les couleurs et la joie. N’oublions pas que cette période est parfois plus difficile encore pour les personnes seules, malades ou en bonne santé, ainsi que pour les plus démunis. N’oubliez pas que la coutume veut qu’en période de fête, nous dressions un couvert supplémentaire à table pour l’inconnu qui passerait frapper à notre porte… Je vous souhaite à tous et toutes de bonnes fêtes de Noël.

D’abord la basilique Notre Dame.

Et les illuminations de la place Masséna…

A l’heure actuelle où un gouvernement posera à nouveau la question de l’identité nationalité afin d’attiser la haine de l’autre et tenter ainsi de récupérer des voix qui se perdent… la question certes se pose non de savoir d’où je viens mais où je vais… Des côtes bretonnes il me reste un parfum d’enfance, et des souvenirs jalonnés de tendresse, de sourire et parfois d’inquiétudes… Loin d’être idéalisés ces souvenirs me rapprochent parfois paradoxalement de là où je vis… Ils laissent comme un goût de sel sur ma langue et mon regard est empli de lui, de ce bleu si profond légèrement auréolé de vert, pour lui rappeler que la terre coule également dans son sang. Tout aussi paradoxalement, ce côté qui me vient de mon père me tient sérieusement dans les bras de ma mère par le biais de la mer… Il n’est point d’ironie dans ces propos, que la conclusion fort simple d’une évidence qui est en moi : la dualité. Mais cette dualité n’est-elle pas dans toute chose, sachant que nous naissons d’un père et d’une mère, qu’en nous sommeille un côté obscur à l’opposé de notre sexe, que nos pieds reposent solidement sur la terre et notre tête est inévitablement à la recherche du ciel ? N’est-ce pas notre existence même qui justifie cette dualité ? Entre une existence terrestre et ses exigences les plus simples mais incontournables comme le fait de boire (liquide), se nourrir (solide), inspirer, expirer, agir et dormir (lumière et ombre, ombre et lumière), le conscient, l’inconscient, le corps et l’âme…  Il devient donc ridicule de nous détester pour nos différences, puisqu’un être est déjà différent d’un autre, et, qu’au bout du compte, nous ne sommes qu’un… Si même nos atours sont différents et sont à l’origine de nos différends, nos origines sont à l’identique et notre terre nourricière qui est à l’origine même de nos différences font que nous allons tous vers un même point (le ciel) ! Aucune origine ainsi ne prévaut sur une autre mais elles sont la fibre de notre âme. Ainsi, je suis bretonne, azuréenne, et il me plait de croire que cela forme un beau mélange. Dans les entrelas de mon être, je dois composer avec ce qui m’a créée, m’a construite, et ce que j’en fais. Il est une raison pour laquelle je suis née sur la Côte d’Azur, le pourquoi du comment je suis née à Cannes, partie à Londres et revenue pour enfin m’installer à Nice…

Lovée entre la mer, la montagne et le ciel, quels doux paysages caressent mon regard !

Que de parfums, que de chants de la terre !

Que de reflets sur les ondes de mon inconscient !

Comme un chemin qui se mérite, au travers de détours et d’embûches, la recherche d’une promesse, non pas d’un paradis terrestre mais d’une vérité que l’on voudrait appréhender, faire sienne. Un peu comme une baie où mouille un bateau. Mais on sait que la vie ne vous réserve que de fugaces instants de tranquillité et de bonheur.

Si les chemins complexes de notre esprit pouvaient ressembler à un paysage… Si l’on pouvait le prendre en photo, atteindre cet instant où tout se fige afin de mieux nous comprendre…

Peut-être n’est-il pas souhaitable de réaliser cette action certes incongrue… Non, nous sommes les peintres de notre vie, nous réalisons un tableau qui ne s’achèvera même pas dans cette vie-là !!!

Que choisir ? Garder les paupières mi-closes et regarder au loin ?

Que choisir ? La lumière ne nous rendrait-elle pas aveugle ?

C’est un long chemin que j’ai décidé d’entreprendre, un mélange de réflexion et d’action. Bi. Deux. Un. Photographie et mots… Musique et mots. Tout ce qui nous rend humain. Pour atteindre le Divin.

Ne vois-tu rien venir ?

MON CANTON

Mon canton, le 5ème, possède des trésors d’architecture, avec des frises si jolies, dont certaines risquent de disparaître bientôt, on prend plaisir à s’y balader, il y avait même un ange, qui s’est envolé et est tombé, il ne nous donnera plus le temps… Je vous y emmènerai de temps en temps, d’autant qu’en mars prochain auront lieu des élections cantonales ! Avec un accord important, entre le parti socialiste et Patrick Mottard qui a récemment adhéré au PRG (et Dominique Boy-Mottard dans le 7ème canton), afin de ne pas faire perdre la gauche ! Je vous l’avais déjà montré, avec des photos particulièrement réussies (au diable la modestie !) et j’avais également composé un petit diaporama.

Petit clic pour une grande image….

Regarder le ciel, non… L’épier du coin de l’oeil, tout en travaillant. Dans un coin de son esprit, être partagée entre la rage et l’excitation… L’oeil du photographe et l’impatience de l’enfant… Regarder au loin un paysage que l’on sait prometteur. Se réinventer peintre de l’instant. La vue est déjà magnifique, mais on sait que, dans un instant, il sera splendide, inoubliable, presque impalpable…

Son travail terminé, la course. Elle sait que le bus ne va pas tarder. Il faut faire vite, saisir ne serait-ce qu’une partie de cette beauté qui s’offre. Evidemment, pas d’appareil photo dans le sac. Seul un portable de bonne qualité. Ce n’est pas grave (ce n’est pas vrai !!!), la femme-artiste va se se régaler les yeux ! Elle dévale la pente jusqu’au point de repère habituel de ses photos. Le portable à la main. et clic, et clic, et clic !!!

L’enfant voit dans le ciel de la barbapapa, bien gonflée, teintée de rose et de gris, dans un velouté de lait bleuté… Ce nectar sucré s’allonge dans l’immensité au dessus du paysage magnifique qu’offre toujours Falicon (dont un lever de soleil dans la brume !). Hmmn allonger le bras pour l’attraper… Courir… Pour attraper le bus qui va arriver, est peut-être déjà passé ? Prendre le bus qui descend de la colline et ne pas lâcher ces nuages, cette mousse voluptueuse de nacre rosée, par endroit, un peu grise, grise comme l’était mon âme enchantée… Voir au loin le soleil se coucher sur la colline de Pessicart, et le deviner plus loin caressant la colline de l’Archet, et plus loin encore, s’abandonner aux confins de l’ouest…

Parti, pour d’autre horizons, le soleil absent donne une teinte morne, triste aux nuages, ceux-là même qui avaient tenté la femme-artiste deviennent presque menaçants… Le sommeil s’empare de la ville où elle descend, les lumières factices de la nuit s’allument peu à peu. Son regard se baisse. Dix minutes. Ce n’est rien. C’est si peu.  Et pourtant…

La lumière fait du ciel et des paysages des rencontres uniques entre l’être et l’immensité… Une des raisons pour lesquelles je ne pourrai jamais oublier un très fameux 14 novembre 2008, où il semblerait que Picasso et Dali aient donné rendez-vous à tous les amoureux de la mer et du ciel…

 

LES COULEURS DE NICE

Pas de besoin de mots…

 

PETITS HOMMES BLEUS…

Inutile de décrire en détail la pitoyable performance de notre équipe de France et surtout de son sélectionneur…

Alors, je préfère vous présenter quelques photos prises avec mon portable.

DES CHOSES SIMPLES…

Un dimanche (extra)ordinaire. Des paysages fabuleux… La joie de partager…

Et la magie des couleurs…

J’en avais déjà parlé dans un billet, différentes améliorations y ont été apportées comme un parcours santé. Pourquoi pas ? C’est un parc qui grimpe, qui grimpe… Et aujourd’hui, il était envahi de genêts et leur délicieux parfum…

Y’a pas photo… Nice Nord, j’adore !!!

TOUT ET RIEN…

Juste pour le plaisir des yeux.