Je ne pouvais résister à écrire ce que je pense de l’actualité… Surtout quand j’ai lu les propos (un extrait) de Martine Aubry… Elle n’aurait pu choisir pire…

Après la question des minarets en Suisse, suite à un référendum qui se prononce à 57.5% en sa défaveur, le débat s’anime en politique et s’immisce dans les foyers français… Est-ce étonnant en période pré-électorale régionale ? Cheval de bataille de la droite au pouvoir, l’insécurité, le chômage font que le feu n’était pas difficile à allumer… Il est tellement plus facile de s’en prendre aux autres, surtout quand on parle d’Islam, que l’on a déjà mis en lice le débat sur le port de la burqa ou du niqab. Cette question qui anime surtout la droite, selon un sondage IFOP, porte à 48% les électeurs de Nicolas Sarkozy contre les mosquées et jusqu’à 55% les opposants aux minarets contre 25% (mosquées) et 33% (minarets) pour les électeurs de Ségolène Royal ou François Bayrou. La France repousse les limites de la peur jusqu’aux  mosquées. Cependant, l’Islam est la deuxième religion en France et la plus mal considérée en nombre de lieux de cultes… Si l’on prend en exemple la seule ville de Nice, notre ville compte près de 47 églises, 8 synagogues, et 0 mosquée… Est-ce l’idée que l’on doit se faire de l’égalité que prône notre devise ? Je poserai une autre question cruciale, il me semble, quant à la dignité de la pratique de son culte : il reflèterait tellement la réalité de la notion de terre d’accueil de la France, qui n’en serait pas digne si elle ne permettait aux musulmans de fréquenter des lieux de culte dignes de leur foi, c’est-à-dire qu’il faut différencier le fait de construire des mosquées ou de banales et anonymes salles de prière. Une mosquée va bientôt voir le jour à Marseille d’ici novembre 2011. Peut-être est-ce l’origine des fonds qui cause problème ? Non. Faux débat. Qu’est-ce qui dérange autant ? Est-ce que cela dérange, d’ailleurs ? A Marseille, à la place des appels de prières chantés, des faisceaux de lumière seront diffusés à partir de son minaret de 25 mètres.

La gauche voulait éviter d’entrer dans le débat afin de ne pas enfler la polémique… Personnellement, je ne peux résister de citer LA phrase qui a attiré mon attention, amusée…

« La France, tu l’aimes, tu la construis avec nous. » … Elle va faire fureur auprès de tous ces immigrés que l’on a tant de mal à aimer alors qu’ils ont aidé à la reconstruction de la France… à la libération de la France… Allez-y une seconde fois…

Ainsi, je ne peux manquer de parler de… Diam’s… Et c’est mon coeur qui parlera (a-t-il jamais cessé de parler ?).

Même si ce n’est pas forcément ce qu’elle voudrait, elle ne désapprouverait peut-être pas qu’une fan en parle… Si vous voulez en savoir un peu plus sur Diam’s, sa vie (je suis obligée de le mettre  !!! Sur Facebook, on m’a dit qu’elle n’avait pas eu une enfance difficile, certes !!!), un article : ICI.

Peut-être pas fan à fond la caisse mais quand j’écoute ses mots, cela remue tant de choses en moi, que je ne peux éviter de ne pas en parler. Ses mots me parlent, et chacun vit ses blessures  à son échelle, et réagit, comme il le peut. SOS, certes son album pourrait ressembler à l’histoire d’une jeune femme qui en a lancé un ou plusieurs, des cris qu’aucun ne peut entendre s’il n’écoute pas. A l’épreuve des préjugés qui construisent notre société, d’une parfaite petite poupée que l’on aime à étaler sur du papier glacé, cela ne ressemble pas à la vraie France… Diam’s, Mélanie, nous offrent l’image non dénaturée d’une femme fragile et forte à la fois, qui doit assumer le physique d’une non-pin’up, au coeur si sensible qu’un jour, le monde des stars a repoussé, nié, jusqu’à son propre corps musical. Le problème ? Le problème, c’est qu’elle est bigrement bonne dans le domaine du rap, moi qui me laisse si voluptueusement bercer par des mélodies celtes, évanescences voluptueuses de brumes et de harpes, je me laisse porter si facilement par ses mots, et que les mots ! Et pourtant, elle cherche à démontrer que, de la musique, elle pourrait en jouer les cordes les plus profondes et intimes, elles choisit de dire, et par le biais de son album seul (refusant les interviews), ses maux et les maux qui meurtrissent la France, une certaine France qui ne se berne plus des discours politiques. Diam’s, du coup, est rentrée dans la polémique de l’Islam et la France… Elle dérange la droite, car elle pourrait être, si vous écoutez ses paroles, celle qui réconcilie la France et tous les Français… Suite à une agression fin 2007, Diam’s a vécu une grave dépression, a connu l’internement,la camisole chimique, qu’elle dénonce, elle a retrouvé la paix, par le biais de la foi (mais elle est musulmane depuis l’an 2000) en décidant de porter le voile en 2009, après une retraite en Afrique, pays qu’elle a décidé d’aider…  en versant les royalties de son album à sa fondation, Big Up, pour soutenir les enfants d’Afrique…

Que s’éteignent toutes les lumières
Car depuis toi je suis aveugle
Alors malgré le temps qui passe
L’amour, les hommes qui me chassent
Moi dans ma tête y en a que pour toi
Je marche sur tes traces quoi que je fasse
Je rends à l’être aimé ses lettres de noblesse
Où que tu sois sur la planète, je t’adresse ce SOS

Chante Diam’s.. Tu le sais, ton public, t’entendra…

Et c’est peut-être bien ce qui effraie… Cependant, si l’on écoute tes mots, ce sont des mots d’amour. Le rap, ça râpe, ça use par les mots les résistances… ça unit une génération… et même au-delà, car je t’écoute.

Ce pays pour moi,
Ce pays, ce pays, c’est tout un tas de couleurs, tout un tas de cultures, tout un tas de couleurs, tout un tas de futurs,
Ce pays, c’est une banlieue qui aimerait qu’on la regarde, qui fait péter les pétards quand on la traite de racaille…

Chante, chante… Mélanie…

La seule chose dont il faut avoir peur, c’est de la peur elle-même. Roosevelt