Annie Girardot s’est éteinte aujourd’hui à l’âge de 79 ans…

Que dire d’elle… Une femme exceptionnelle, du talent, un franc parler, une voix un peu rauque, une simplicité extrême… Une grande dame, tout simplement. Après une carrière extraordinaire, Annie souffrait de la maladie d’Alzheimer.

Lire l’article du NouvelObs.

Je m’en souviendrais toujours dans le film « La vieille fille », avec Philippe Noiret, ou dans un grand film de Lelouch, « Partir, revenir »…

Tu m’attendras dans une fête
J’aurai changé, qui ne change pas
Tu me reconnaîtras au simple fait
Que tu ne me reconnaîtras pas…

Voyageuse sans bagage
J’étais partie un jour
Laissant un livre ouvert
Et des pas dans la neige.

A quelle page en étais-je ,
Quelle image, quel visage ?
Revenir vers toi mon amour
Dans ma vie à l’envers.

Et je reviens de loin,
Nous sommes partis par millions
Nous sommes revenus bien moins,
Mais il reste toujours des lions.

Quand on n’a plus de nom,
Plus qu’un mot sur du marbre
Mais rouvrir la maison
Et planter d’autres arbres.

Derrière ton épaule dans la glace
Je sais que d’autres ont pris ma place.
Ton regard comme s’il me cherchait,
Passe sur moi comme un archet.

D’une autre vie peut-être
Comme si ta mémoire
Avait d’autres fenêtres
Et moi une autre histoire.

Mêler les souvenirs
A des reflets étranges
Ce n’est pas peur de mourir
C’est vivre qui dérange.


Publicités