Tag Archive: 2011


De Pessicart en passant par Mantega-Righi pour aller vers les hauteurs de Saint Pancrace, faire un petit crochet par Las Planas en montant par le chemin de Piolet La Gruerie, redescendre pour remonter encore vers Gairaut, le 11ème canton est un trésor pour les yeux, et même pour les poumons avec le Parc de la Clua… Il est riche de paysages, certes mais également de visages humains, allant même jusqu’au coeur de la ville avec ses quartiers de Nice Nord. Car le coeur de la ville est vaste… Ainsi que celui de ses habitants.

Le 11ème canton est comme une belle femme que le regard des hommes ne cesserait de parcourir jusqu’à tenter de vouloir la parcourir des mains. Le coeur de ses aïeux vous parlera peut-être de son vallon obscur où les nobles dames et les sieurs aimaient se promener pour y cueillir sa fraîcheur. Aujourd’hui fermé, le vallon garde ses secrets.

Ce matin, samedi 22 janvier 20(11), avait lieu l’inauguration de la permanence de Claude Giauffret et Christine Dorejo pour les cantonales de mars. Je ne saurais envisager de meilleure candidature pour ce canton. En effet, Claude Giauffret, grandement impliqué dans son canton déjà par le biais de comités de quartiers, est un homme simple, droit, sincère. Il saura être non seulement à l’écoute des habitants du 11ème canton, mais également engager des démarches et des actions pour améliorer la qualité de vie de ces quartiers, et cela avec l’appui de la conseillère municipale du groupe Changer d’Ere à  Nice. Pas besoin de blabla, il suffit de le rencontrer pour s’en apercevoir au premier regard. Je vous invite à aller à sa permanence qui se trouve 40 avenue Saint Sylvestre (04.93.84.11.90, pour tout renseignement). Claude Giauffret et Christine Dorejo, du parti socialiste reçoivent le soutien d’Europe Ecologie, du MRC, ainsi que de Patrick et Dominique Mottard (candidats dans les 5ème et 7ème cantons).

Publicités

Cristo si è fermato a Eboli… un film de Francesco Rosi, de 1979, avec, notamment Gian Maria Volontè… Histoire d’un exilé politique dans une région très pauvre du  sud de l’Italie, dans un village nommé Gagliano dans le film mais qui s’appelle en réalité Aliano…

Je voulais en parler de ce village car j’y suis allée pour de vrai, un village dans une région désolée, isolé, où les souvenirs de la dernière guerre mondiale sont fortement ancrés dans les mémoires des anciens. Pour vous dire, ils ne voulaient pas nous parler car nous étions Français…

Pour lire l’histoire, très émouvante, très forte, de ce magnifique film, aller ICI. Pour le situer en Italie, allez voir sur la carte : LA.

Et ce que vous ne verrez nulle part, des photos prises il y a près de 27 ans… Vous reconnaîtrez ces paysages si dénudés que le soleil a brûlés… Bref, une contrée que le Christ semble avoir oubliée…

Tout le temps de son séjour, il partagera la pauvreté et la misère de ce peuple, dont la richesse était l’amour et le partage…

Ainsi, je vous adresse mes meilleurs voeux pour cette nouvelle année 2011 et n’oubliez pas que les vraies richesses sont l’amour… et la santé !