Category: politique


La flambée de haine monte… On a peur des « Sarrasins« , ceux-là même que l’on avait fait fait venir pour reconstruire la France. La France n’arrive plus à les contrôler… C’est qu’ils font des enfants, ces bougres-là ! Des graines de racaille qui vous volent, vous violent, vous agressent, apprennent mal à l’école, font la loi dans leurs quartiers. Au secours, nous allons tous être convertis à l’Islam ! C’est qu’ils veulent des mosquées, ces bougres-là ! Avec leurs minarets, et à leurs portes, des odeurs de méchouis, de merguez, des moutons que l’on égorge, quelle horreur ! Quelle barbarie !

Qu’a-t-on fait sinon les entasser dans des ghettos, laisser leurs enfants à la traîne dans des classes surchargées, j’ai même entendu dire un principal de collège les traiter de légumes ! Bien sûr, il y a une culture différente, des mères ne sachant pas lire le français, des pères absents, des parents dépassés (combien de parents français ne le sont pas ?). Oui, il y a souvent de l’incivilité, des ados souvent agressifs, français pourtant, de par la loi, mais qui ne se sentent parfois ni d’ici, ni de « là-bas »… Ils ne sont plus nulle part. Souvent je croise le regard de « Français » sur des jeunes filles voilées, habillées de noir. La différence qui se voit.. fait peur.

Je suis enfant d’immigrés, bien blanche, aux yeux bleus. Née d’un père breton, d’une mère normande, à Cannes, j’ai émigré à Nice. Je ne suis plus de Bretagne, de Normandie. Et je ne suis pas de pure souche niçoise. La France de Sarkozy me fait mal, me fait honte.

Il faut des mosquées plus grandes pour que les musulmans puissent exercer leur religion dans la dignité, tout comme existent des églises, catholiques, protestantes, orthodoxes, des temples israélites, ou autres. Il est évident que l’immigration ne peut être extensible, qu’elle doit être régulée, que le voile intégral n’a pas sa place dans notre société qui obéit à certains critères.

Alors que les débats se renouvellent afin de stigmatiser certains groupes ethniques, la montée de la haine et de la peur grandit de chaque côté. Certes, nous devons peut-être nous poser des questions sur notre identité, qui doit être respectée également, c’est cela le respect mutuel (et le respect de sa terre d’accueil), certes, n’est-elle pas un peu en perdition mais cela ne dépendant aucunement en la croyance d’une certaine « invasion » (et ne se sent-on pas envahi par les « autres » quand on doute de sa propre culture ?) ? A cela s’ajoute un vote FN massif de personnes d’origine étrangère qui ont peur que l’on pique leur place… Alors, au bout du compte, on finit par ne vouloir mettre en avant que des simplissimes affirmations de « soit tu aimes la France, soit tu la quittes » ! Un touriste va aimer la France, ce n’est pas pour cela qu’il va rester…

Le silence des moutons blancs sur le dos de la mer devient inquiétant. Ces moutons qui bêlent et que l’on entend pas… A force de vouloir faire des vagues, le gouvernement perd de sa crédibilité. Mais, de cela, nous n’allons pas nous plaindre. Aux forces de gauche de nous montrer que la France peut être fière de ses différences…

Publicités

De Pessicart en passant par Mantega-Righi pour aller vers les hauteurs de Saint Pancrace, faire un petit crochet par Las Planas en montant par le chemin de Piolet La Gruerie, redescendre pour remonter encore vers Gairaut, le 11ème canton est un trésor pour les yeux, et même pour les poumons avec le Parc de la Clua… Il est riche de paysages, certes mais également de visages humains, allant même jusqu’au coeur de la ville avec ses quartiers de Nice Nord. Car le coeur de la ville est vaste… Ainsi que celui de ses habitants.

Le 11ème canton est comme une belle femme que le regard des hommes ne cesserait de parcourir jusqu’à tenter de vouloir la parcourir des mains. Le coeur de ses aïeux vous parlera peut-être de son vallon obscur où les nobles dames et les sieurs aimaient se promener pour y cueillir sa fraîcheur. Aujourd’hui fermé, le vallon garde ses secrets.

Ce matin, samedi 22 janvier 20(11), avait lieu l’inauguration de la permanence de Claude Giauffret et Christine Dorejo pour les cantonales de mars. Je ne saurais envisager de meilleure candidature pour ce canton. En effet, Claude Giauffret, grandement impliqué dans son canton déjà par le biais de comités de quartiers, est un homme simple, droit, sincère. Il saura être non seulement à l’écoute des habitants du 11ème canton, mais également engager des démarches et des actions pour améliorer la qualité de vie de ces quartiers, et cela avec l’appui de la conseillère municipale du groupe Changer d’Ere à  Nice. Pas besoin de blabla, il suffit de le rencontrer pour s’en apercevoir au premier regard. Je vous invite à aller à sa permanence qui se trouve 40 avenue Saint Sylvestre (04.93.84.11.90, pour tout renseignement). Claude Giauffret et Christine Dorejo, du parti socialiste reçoivent le soutien d’Europe Ecologie, du MRC, ainsi que de Patrick et Dominique Mottard (candidats dans les 5ème et 7ème cantons).

MON CANTON

Mon canton, le 5ème, possède des trésors d’architecture, avec des frises si jolies, dont certaines risquent de disparaître bientôt, on prend plaisir à s’y balader, il y avait même un ange, qui s’est envolé et est tombé, il ne nous donnera plus le temps… Je vous y emmènerai de temps en temps, d’autant qu’en mars prochain auront lieu des élections cantonales ! Avec un accord important, entre le parti socialiste et Patrick Mottard qui a récemment adhéré au PRG (et Dominique Boy-Mottard dans le 7ème canton), afin de ne pas faire perdre la gauche ! Je vous l’avais déjà montré, avec des photos particulièrement réussies (au diable la modestie !) et j’avais également composé un petit diaporama.

Petit clic pour une grande image….

QUELLE GAUCHE ?

Cela faisait trop longtemps que je ne ‘étais pas exprimée en politique mais là, je crois que je craque ! La France n’en peut plus, surtout après un remaniement où on nous prend une fois de plus pour des vaches à traire, des nigauds de seconde zone, où on nous balade sur des vagues identitaires afin de mieux nous diviser, sous des relents insécuritaires qui sentent le réchauffé et font plus que ressembler à du déjà vu… C’est cependant une droite qui se resserre, avec le mécontentement des centristes, qui vise à se donner une image gaulliste, c’est à pleurer de rire.

Comme le dit un internaute, un Benoît Hamon en pull et veste, un Harlem Désir habillé comme un clodo, cela ne fait pas sérieux. Bon, je le trouve un peu dur avec la tenue de Martine Aubry… Bref, on attend de voir une gauche (oups, pardon, le parti socialiste) un peu plus à la hauteur. Car le problème, c’est qu’ils restent quasiment inaudibles, et pire, ils n’arrivent pas à être pris au sérieux ! Même si, lors de l’université d’été, ils ont réussi à jouer l’unité, ils sont prêts à se tirer dans les pattes pour la bonne place !

Dans un premier temps, je camperai mes positions sur Ségolène Royal, je n’arrive pas à me persuader que Martine Aubry serait une bonne présidentiable, ni même François Hollande… Seul Dominique Strauss-Kahn représente l’alternative, sinon à gauche toute (surtout pas !!!) à Nicolas Sarkozy et serait capable de le battre à plate couture, et saurait même rallier des voix de droite… Son devoir de réserve en tant que Président du FMI l’oblige à ne pas se prononcer pour l’instant, même si, peut-être… Lire le blog « Rêver de nouveau« , pour se faire une autre idée de Strauss-Kahn, enfin, disons, pour avoir quand même une vision loin d’être utopiste… de l’homme.  Un autre bon blog politique : A tort ou à raison.

A l’heure où la pauvreté et la précarité augmentent dans notre pays, où la santé commence à être bradée, où l’échec scolaire demeure une réalité intangible, bref, où rien ne semble augmenter dans le positif sauf le portefeuille des plus nantis, il serait temps temps que la gauche (oups, pardon, le parti socialiste) réagisse, quitte à se moderniser, quitte à faire des sacrifices afin de pouvoir réaliser des unions intelligentes de divers mouvements politiques, je ne sais pas, je ne suis pas politicienne, ce qui ne veut pas dire que je sois con…

« La grève, ça ne sert à rien, ils feront ce qu’ils voudront ». Voilà une phrase qui revient souvent. Certes, Nicolas Sarkozy ne reviendra pas sur l’âge minimal de la retraite reportée donc à 62 ans, âge qui peut monter jusqu’à 67 ans en Allemagne… Certes, nous vivons plus vieux mais ce que l’on oublie peut-être, c’est que les études sont généralement plus longues, les périodes de chômage également. Certes, il faut les financer, ces retraites, n’avons-nous pas assez de spécialistes compétents pour une étude approfondie du sujet ?

Les grèves, cela sert, et surtout les manifestations, car il faut savoir que ces manifestations, si on les regarde bien, sont principalement fréquentées (et organisées) par les syndicats et ce sont ces syndicats qui vont négocier avec le gouvernement (et les bataillent de chiffres entre syndicats et autorités concernant le nombre de manifestants le prouvent bien !). Les syndicats et partis politiques vont essayer d’y faire venir du monde, certes, et toutes les personnes qui y prennent part ne sont pas forcément syndiquées ou membres d’un parti politique, mais les négociations ne se feront pas entre particuliers et le gouvernement… Je pense par exemple à certains métiers pénibles comme femme de ménage ou femme de chambre, métiers somme toute assez fatigants, usants… Mais dont personne n’a parlé. Ce ne sont pas des métiers valorisés alors qu’ils sont essentiels. Quel hôtel pourrait se passer d’une femme de chambre ?§

Certes Nicolas Sarkozy a fait de PETITES concessions, qui seront proposées sous forme d’amendements et sont actuellement discutées jusqu’au 15 septembre à l’Assemblée Nationale.

Ceux qui sont rentrés avant 18 ans sur le marché du travail et ont toutes leurs années de cotisations pourront continuer à partir en retraite à 60 ans, un effort chiffré à 350 millions d’euros supplémentaires.

Une concession est également faite sur la pénibilité.

Le projet de loi prévoyait jusqu’ici que, pour tout assuré présentant un taux d’incapacité supérieur ou égal à 20%, l’âge de la retraite serait maintenu à 60 ans.

Le dispositif sera étendu aux agriculteurs et le taux d’incapacité abaissé à 10% dans certains cas. Les salariés présentant ce dernier taux devront faire appel à une commission pluridisciplinaire qui décidera ou non de leur accorder un départ à la retraite à 60 ans.

Les branches professionnelles ou les entreprises devraient en outre s’engager dans des négociations pour proposer à leurs salariés exposés à des facteurs de pénibilité un aménagement de la fin de leur carrière, avec le soutien de l’Etat.

Concessions jugées insuffisantes pour les syndicats qui appellent à un nouveau mouvement social le jeudi 23 septembre.

Qui souffre de ces grèves ? D’une part les salariés, d’autre part les entreprises. Encore que ce mardi 7 septembre, j’avais du courrier dans ma boite aux lettres, et une amie s’est rendue à sa formation (des bus circulaient).  Personnellement je pense qu’il faut continuer à manifester, pas forcément en bloquant tout, il existe maintes façons de montrer son mécontentement… J’y pense parfois : dans le bus, si tout le monde refusait de montrer son billet (ou de l’acheter, ceux ayant un abonnement se montrant solidaires en ne montrant pas leur carte de transport) , les contrôleurs arrêteraient-ils tout le monde ?  Ou comme j’ai entendu parler, une manifestation citoyenne, un dimanche ou un samedi…

La France connue pour les droits de l’homme, les Français, connus pour être des râleurs, et tout cela s’enchevêtre dans un méli mélo qui monte les uns contre les autres. N’oubliez pas non plus que si l’on ne dit rien, alors le gouvernement croira que l’on peut (enfin!) tout avaler sans broncher. Le pourquoi de ma participation à la manifestation.

Autre pendule à mettre à l’heure.

Brûler en public un exemplaire du Coran. C’est ce que prévoit de faire samedi, pour le neuvième anniversaire des attentats du 11 septembre 2001, le Dove World Outreach Center (Centre colombe pour aider le monde), groupe fondamentaliste chrétien basé à Gainesville, en Floride. L’initiative suscite de fermes mises en garde de par le monde. Censée glorifier le souvenir des victimes des attentats, elle tombe à un moment sensible : les musulmans célèbrent autour du 10 septembre la fin du ramadan. (cf LePoint.fr)

Je ne saurais décrire mon effroi devant un acte que je qualifie d’odieux :  brûler un livre saint, c’est s’en prendre à toute une communauté, accentuant une fois de plus la stigmatisation de la communauté musulmane, après l’affaire du port de la burka ou du niqab, et ne faisant qu’accroitre des sentiments de haine, dans une atmosphère déjà surchauffée. On ne parle, bientôt, plus que de cela ! Nous vivons dans une république laïque, et même si ce mot m’agace parfois, j’ai cependant conscience qu’elle m’offre une liberté de culte, justement. Ce qui ramène à l’autre débat, bien niçois, de la présence d’une mosquée à Nice, qui, selon moi, est indispensable, toutes les autres religions possédant leur lieu de culte, il serait injuste que les musulmans n’aient pas le leur. L’Islam des caves ne fait qu’accroitre un islam extrémiste, où, justement, le culte ne peut être « contrôlé » et reste dans l’obscurantisme, nourrissant ainsi l’ignorance de paroles vidées de l’acte de foi pur (et je pense surtout aux jeunes). On ne peut prêcher le respect que si on l’applique…

Les cons existent dans quelque ethnie que ce soit. La connerie ne connait pas de frontière, ni de couleur, ni de religion. Je vis en France, je suis française, je n’ai pas à m’excuser d’être française, je n’ai pas à insulter quelqu’un de différent de moi non plus. Nous ne devons pas oublier nos valeurs, mais il n’est pas nécessaire d’entamer une nouvelle discussion stérile sur l’identité nationale qui n’a servi qu’à attiser les haines. Beaucoup reconnaissent en l’époque actuelle une période de notre histoire bien sombre… Alors, ne nous laissons pas berner, ne nous laissons pas manipuler… Même si les temps changent, et, il est certain qu’ils ont changé (je ne peux pas m’empêcher de penser à une remarque entendue par un commerçant, remarque qui m’a surprise venant de cette personne, « drôle de vie »), il nous incombe d’aller de l’avant,mais, peut-être, de faire preuve d’un certain courage en ne suivant pas forcément le courant… Etre différent, cela ne tient pas forcément à la couleur de peau, ou la religion, ou quoi que ce soit de « flagrant »….

Vivons nos différences avec sagesse, que notre coeur batte mais qu’il ne chavire pas nos âmes !

REGIONALES 2010

Faudra bien que j’arrive à en dire quelque chose, de ces régionales 2010… Une vague rose en France, mise à part l’Alsace qui reste à droite, la Guyane et la Réunion qui passent à droite, et une surprise comme la Corse qui passe à gauche avec Paul Giacobbi, du Parti Radical de Gauche mais les nationalistes qui talonnent la droite… Une belle victoire en Bretagne avec près de 50.27% et sans Europe Ecologie ! Une belle victoire de Ségolène Royal avec 60.61%… A souligner, quand même… Même si cela va donner des boutons à certains, et cela dans la perspective de 2012…

Une meilleure participation (environ + 5%), même moi, j’y suis allée un peu plus tôt (mais à reculons)… Mais toujours moins qu’en 2004.

La région PACA reste sans surprise à gauche, mais Michel Vauzelle perd quand même un point (et un siège) alors que les autres régions voient une embellie. C’est surtout le FN qui reprend son flambeau, gagnant 1.87 points et 2 sièges. Dans les Alpes-Maritimes, les 2 listes (Mariani-Vauzelle) se talonnent, mais avec des chiffres en baisse, le FN gagnant près de 3 points.

A Nice, à peu près le même topo qu’en 2004, Vauzelle l’emportant de 3 points (mais avec des votants en moins, que ce soit pour la gauche ou pour la droite), et un FN qui gagne près de 3 points… Pas de quoi pavoiser, pas de quoi se réjouir quand on voit l’extrémisme l’emporter… Au bout du compte.

Trop d’insécurité ? Dites-moi où. (les trains, peut-être) Trop d’immigrés ? Certes, allez vous balader sur le boulevard Gambetta une fin d’après-midi… Et alors ? Trop de vieux ? On va finir par le croire puisque que Christian Estrosi a décidé de faire fermer les épiceries à partir de 23 heures. Il faut dire que le débat sur l’identité nationale a bien fonctionné… Et dérapé… Il existe plutôt un sérieux désamour des Français et de la politique… L’impression que les hommes politiques ne protègent que leur propre statut. Une France qui s’embourbe dans la crise économique, l’emploi qui ne redémarre pas, bien au contraire, tout qui devient plus cher, bientôt n’arriveront à voter que les membres d’un parti !

Et pourtant, il doit bien y avoir une solution mais cela ne peut venir que des politiques eux-mêmes !

La région va vers son apogée, les élus ne sont en place que pour 4 ans, avant la réforme. L’année prochaine, nous votons pour les conseillers généraux… 2012 arrive vite et quelles propositions pour les présidentielles à gauche ? Un sérieux travail de proximité reste à faire, un rapprochement d’avec les électeurs… Dites-nous, allez-vous changer votre « façon » de faire ? Allez-vous vraiment vous préoccuper du quotidien de vos concitoyens ?

Le monde bouge, il est en perpétuel mouvement. Ranimer les tensions entre ethnies, religions, n’amène rien de bon. La différence est notre richesse. Et nous ne la cultivons pas.

Tous les résultats : ICI.

Bon, vous prenez des belles rascasses pêchées à Marseille de préférence, vous en faites de jolis défilés (euh, filets), tout en faisant attention de ne pas retirer la peau (quand même !). Préservez-les loin des chats, vous ne verriez plus vos beaux filets, les chats les auront vite enfilés !

A part, épluchez et émincez autant d’oignons que vous voudrez, il faudra bien cela pour pleurer. Vous aurez bien eu soin de choisir vos poivrons de tailles proportionnelles aux couleurs du mets que vous voulez préparer, mais la présence des 3 poivrons, jaune, rouge et vert, sont indispensables à l’équilibre du goût de votre plat. Au premier tour de cuisson, n’oubliez pas de mettre assez d’huile dans les engrenages (oups, j’ai oublié de vous dire d’épépiner les poivrons), euh, dans la sauteuse, ça vous évitera bien des pépins. Commencez à faire roussir les oignons pendant que vous pesez chaque couleur de poivron afin de les couper en fines lamelles et commencer ainsi l’harmonie de votre plat, tout en sachant que le jaune doit y rester absolument majoritaire.

Rajoutez les poivrons dans la sauteuse que vous ferez dorer doucement avec les oignons. A la fin de la cuisson (vous aurez soin de bien accorder votre minuteur au délai légal de cuisson sinon, il vous reste le système des boules), veillez à bien vérifier que vous ne vous êtes pas trompés dans les dosages, parfois, il y a des poivrons jaunes indésirables :

Réservez une partie de ce mélange, et prenez le reste pour le mixer, rajoutez un verre de vin blanc, de la crème fraiche, sel, poivre ainsi qu’un peu de bouillon de poisson.

Dans la sauteuse, commencez à faire cuire lentement les filets de rascasse, tout en ayant pris soin de cisailler légèrement la peau de la rascasse en son centre, afin de ne pas la déchirer pendant la cuisson.

Hum, ça commence à sentir bon, non ???

Vous présenterez cela dans un beau plat largement évasé (mais pas trop) les rascasses sur un lit de sauce aux 3 poivrons, et répartirez tout autour les poivrons non mixés.

Ne tardez surtout pas à laver la sauteuse, cause du délit qui vont régaler bien des bouches !

A servir bien chaud entre amis. (ne pas prévenir vos faux amis qui ne connaissent pas la rascasse des risques d’arrêtes) Bon appétit !

Toute ressemblance avec un fait divers serait totalement fort cuite, euh, fortuite !

Une salle comble et comblée pour un meeting réussi avec Michel Vauzelle. Je tenais absolument à le voir « en vrai ». Notamment, la réforme territoriale devant changer la carte politique… Ce serait donc la dernière occasion.

Par ordre d’apparition : Anne-Julie Clary (conseillère régionale), Marc Concas (président du comité départemental de soutien de M. Vauzelle), animant tous deux le meeting, Christine Mirauchaux (conseillère régionale), Lasdilas Polski (responsable départemental MRC), Jean-Christophe Picard (responsable départemental PRG), Patrick Allemand (1er vice-président de la Région), et enfin, Michel Vauzelle.

Pour voir plus de photographies, rendez-vous sur Metro Reporter ! Ou sur Joomeo.

ça balance pas mal…

On lit un peu de tout, partout… Internet, Facebook, les journaux télévisés… Les sondages qui font jongler les chiffres dans un sens ou un autre… Toutes les attaques sont bonnes pour abattre son adversaire… En raconter les détails n’est pas franchement drôle. Il est plus intéressant de se pencher sur l’abstention. J’ai toujours dit que de ne pas voter, c’était comme si on donnait sa voix à ceux qui sauront mobiliser les « troupes », les « gens », quelle que soit la manière utilisée.

Pour, contre, c’est toujours le même débat. Regardez en face ce qu’ils ont fait, ou pas, l’autre débat. Quel débat ?

Je n’ai pas changé d’avis pour cette question-là, s’abstenir, c’est donner sa voix. Quels que soient les cas de figure, que l’on soit dégoûté par les partis politiques, que l’on se dise, « ils ne jouent que pour eux-mêmes, ils ne défendent que leur place, leur portefeuille », les personnes élues le seront, quoi que l’on veuille ou dise, c’est notre démocratie, la voix que l’on donne au peuple, à ceux qui n’ont « rien », à ceux qui ont un peu, à ceux qui possèdent beaucoup. Les clichés voudraient que l’on sanctionne la politique nationale, certes avec le choix de M. Mariani pour la région PACA, on pourrait le croire. Avec M. Vauzelle, on sait également que le changement n’y sera pas, avec deux mandats, on sait à quoi s’en tenir. On connait aussi le choix pour le second tour d’Europe Ecologie, celle de s’allier avec la gauche, même s’ils ont choisi (après une forte réussite aux européennes) de composer leur propre liste.

Je vais faire sourire… Si vous voulez vraiment faire entendre votre voix de désaccord, pourquoi ne pas voter pour une petite liste, de personnes vraiment proches du peuple, comme celle de Lutte Ouvrière ? Hors des flashes des multimédias, hors des polémiques (contrairement au NPA), Lutte Ouvrière représente des gens comme vous et moi. Cela fait un moment que j’y pense… Tout en ne comprenant pas leur peu de représentativité, en comparaison avec les revendications des « gens pauvres »…

Cela voudrait bien dire la rupture qu’il semble y avoir entre les citoyens et leurs politiciens. On n’y croit plus mais on continue d’en subir les contre-coups. Un peu normal quand on voit l’état de pauvreté qui grandit, les soucis, ils sont ailleurs… Dans le combat journalier pour recouvrer un travail, pour subvenir aux besoins de sa famille. Pour survivre. Même pas pour vivre.

La politique, on la vit tous les jours, dans le quotidien, qu’on le veuille ou pas, et si certains pourraient dire que l’on accrédite leurs agissements en votant, en ne votant pas, c’est la même chose… Je n’ose même pas dire que je fais appel à l’intelligence de nos concitoyens, peut-être ont-ils préféré la placer ailleurs, cette intelligence ! Mais bon, s’il fait beau, un petit détour par le bureau de vote, et puis, allez là où vous voulez, notre région est belle…

Ou tranquillement, après une gentille ballade, au bord de mer…

On peut soutenir plus particulièrement quelqu’un sur une liste, surtout s’il est à une position éligible. Quelqu’un que l’on connait, notamment pour son intégrité. J’aimerais bien « voir » ce qu’il en ferait, de son mandat…

Jean-Christophe Picard, PRG 06, liste de M. Vauzelle

Pas envie d’une photo « costard-cravate », comme si on mesurait le sérieux avec un costume… Coluche l’avait compris… Quelque part. J’ai trouvé ! En fait, tous les « révoltés » soutiennent les associations d’aide aux plus démunis. Et c’est bien.

REFLEXITUDE…

En matière de positionnement politique, si je peux apparaitre dans le flou le plus total, et même si certaines tendances semblent se dessiner, il faut savoir discerner les manipulations fort nombreuses dans son paysage… Certes, les évènements qui ont perturbé ma vie il y a de cela plus d’un an continuent à émettre des ondes et des vagues qui semblent m’éloigner de ma connivence première. C’est bien dommage de par certains aspects car les soutiens que j’accordais, pour certains, restent les mêmes, et d’autres, déjà fragiles, se sont brisés… Le dilemne se pose car, les régionales qui approchent me forcent à prendre une position claire, et, les élections futures sont très clairement positionnées dans le « contre »… Plus floues dans le « pour », les candidats eux-mêmes n’étant pas forcément posés. La colère continue de faire son chemin, et la vie m’impose de penser à moi dans un tout premier lieu. Alors, tout comme ces priorités premières, je mettrai en avant mon sentiment pour les personnes en qui j’ai confiance, et, notamment (tout autant que logiquement) les personnes qui ne m’auront pas trahies (dois-je hélas, considérer qu’il va de soi la réciprocité ?). Peut-on pardonner en politique ? Il me semble que non, mais là, ce n’est pas de moi que veut venir la réponse… Les proches évènements donneront la réponse de mon soutien aux régionales, qui risque de se tourner vers une personne et non un parti, ni même une alliance… J’essaierai d’oublier un certain tiraillement. Par contre, s’il est un chemin certain que je suivrai… C’est en moi que je trouverai les réponses, dans les priorités que je me donne désormais.

J’aimerais clore un sujet. Puisqu’aucune aide je ne trouverai dans ce débat-là… Pour répondre à une personne qui a posté un commentaire, toujours en modération, je sais bien cela… je le sais et ce qui est écrit me confirme donc ce que je pensais.. Décidément, je peux très souvent me fier à mon premier instinct. Hélas, on doit souvent faire le poids des défauts que l’on est capable de « supporter », et ceux qui ne nous apparaissent pas comme acceptables… les deux poids ayant, à peu près à ce jour, la même valeur… Il est vrai qu’une manipulation un peu facile a été faite par le biais de mon blog et des recherches… Cela aurait été trop beau pour ces personnes pour que je tombe dans le panneau, d’une chose que je savais déjà… Alors, alors… Je ne vais pas passer mon temps à me poser la question de qui de quoi… Puisque j’avais arrêté dans ma tête ces faits-là. Donc je sais qui et je sais quoi. Et ça s’arrête ici.

Ce n’est pas quand le soleil se couche qu’il faut lui demander de se relever au même endroit !!!