Category: Actus


Après les intempéries qui ont sévi le 3 octobre 2015 sur la Côte d’Azur.. Je préfère rester simple et offrir un hommage aux familles des victimes. Paix à leurs âmes…

Florence

HommageVictimes

Publicités

Je prends le bus. Une bande de gamins des quartiers en grand nombre, au fond, plante le bordel, le gros bordel. Même pas un sentiment de colère envers eux mais plutôt vis à vis du système, celui qui permet que cela se produise. On vous promet plus de sécurité, on vous montre du doigt des groupes d’individus, les indésirables, les jeunes de quartiers dits sensibles, les SDF, les exclus. On va vous promettre plus de caméras de sécurité, des grilles aux jardins pour vous protéger un espace payé avec votre argent. Et d’un autre côté, on réduit les moyens, on réduit le nombre de policiers, et pire encore ceux de proximité, ceux qui seraient capables de leur parler.

Les prisons sont trop pleines alors on parle de liberté surveillée, de bracelet électronique. Et combien même on crée des lois, les sanctions ne suivent pas. Et combien même les lois sont appliquées, aucun suivi n’accompagnera des personnes qui n’auront d’autre choix que de retomber dans la délinquance ou le crime à leur sortie. Parce qu’ils ne connaissent que cela, parce que leur environnement est celui du plus fort, celui de la survie également. Le chômage n’arrangeant rien, et les lois retirent parfois l’autorité aux parents, telles qu’une bonne claque, une bonne remise en place. Je ne me souviens pas avoir été traumatisée d’une bonne rouste. Ayant travaillé dans des associations, je sais pertinemment bien que les enfants battus le seront de toutes manières…

Les lois sur l’inceste ne protègent pas de l’enfant de l’inceste, et l’inceste, par ailleurs, dérange tellement que l’insérer dans le code pénal met mal à l’aise nos parlementaires… J’ai même entendu dire d’un médecin qu’il faudrait dépénaliser l’inceste pour permettre à l’enfant de parler plus facilement, ainsi qu’à l’abuseur… Je ne me souviens pas non plus que mon père ait eu une seule fois peur des sanctions qu’il pourrait subir !

Dans le livre de George Orwell, 1984, où les enfants ont du « pouvoir », même celui de dénoncer, pourrait me faire penser à l’enfant aujourd’hui, ou l’adolescent ? Ne confondons pas, l’autorité parentale est toujours existante. Mais le monde actuel tourne autour de l’argent. Nous devenons dépendant des choses. Posséder nous fait croire à un pouvoir, à une preuve d’existence. La société actuelle crée le besoin afin de faire vivre une économie qui finit par tourner en rond…  Je vais choquer en disant certaines « choses » entendues via une personne, qui, pour certains sujets n’était pas si bête…  J’ai toujours été étonnée dans le train à Nice de n’entendre des messages prévenant de la présence dans le train d’éventuels pick-pockets qu’en langue française. On m’avait répondu que  si on n’était pas certains que les touristes ne dépensent leur argent dans la ville, les voleurs, eux oui, ils dépensent… (j’entends l’orage gronder…. ^^) Ben oui, avouez que quelque part, c’est logique…

La société actuelle nous pousse également à courir sans cesse après l’argent. Les parents démissionnent de leur mission de parents… Plus le temps, plus l’envie, plus la force… Souvent dépassés, et surtout dans les familles monoparentales. Les familles maghrébines ou autres, n’ont plus le pouvoir d’éduquer comme il est coutume dans leur pays. Les femmes souvent ne parlent pas français, ou ne lisent pas le français et n’arrivent donc pas à suivre la scolarité de leurs enfants ou adolescents (idem, je sais de quoi je parle). alors on nous ressort l’attirail de l’adaptation… Je suis d’accord avec le fait que ce n’est pas à moi de m’adapter à d’autres cultures que la mienne. Certes. mais nous oublions très souvent notre qualité d’accueil, ce qui n’équivaut pas à des allocations familiales qui parfois mériteraient d’être recadrées et réorganisées, oui oui, les allocations de Noël peuvent certes servir à l’achat d’un nouveau téléviseur… (mais jusqu’à dire que les musulmans, pourquoi eux d’ailleurs à être spécifiquement ciblés, ne devraient pas la toucher, les asiatiques non plus alors, les athées encore moins, etc…).Oui oui, certains couples ne se marient pas et se déclarent comme célibataires avec enfants. Certes. Certes je trouve injuste qu’un ou une célibataire gagnant le SMIC se voit retirer les allocations logement, une fois que vous avez tout payé, il ne vous reste rien.

Or les adolescents et les enfants sont une cible parfaite pour la consommation car ils sont encore plus avides que nous de toutes les nouveautés, et même les parents se coupent en quatre pour leur offrir « tout ce qu’ils n’ont pas eu ». Alors, le pouvoir leur est en partie donné, car ce sont eux les acheteurs. Un marché colossal. 

La délinquance ? Les associations sont bien en peine d’accompagnement faute de moyens. Il serait peut-être bien de redistribuer tous les avantages de nos « chers élus » dans ces associations, avec contrôles à l’appui, afin qu’ils puissent agir sur le terrain. Remettre en place la police de proximité afin d’instaurer le dialogue. Arrêter de montrer du doigt.

Je suis toujours surprise de voir une « femme de couleur » se retourner au moins deux fois avec un grand sourire et me dire merci, juste pour l’avoir laissée descendre dans un bus (me lever de ma  place). J’avais envie de lui dire d’arrêter, que c’était tout à fait normal ! Mais également contente de voir plein de gens se lever pour laisser leur place à une personne âgée, l’aider même à s’asseoir. Tout n’est pas perdu.

Hélas, le monde du « tout argent » touche à beaucoup de domaines, comme l’emploi… Le profit prend la place du salarié même, salarié non reconnu, salarié dévalorisé. Il est triste de voir mon domaine de travail tel le service à la personne livré au simple droit du travail. Pas de convention collective, un seul jour férié, le 1er mai. Je suis même choquée que la loi française, berceau de la liberté ne donne même pas le droit au 14 juillet, fête nationale, d’être un jour férié chômé. Car peu de gens le savent, beaucoup d’entreprises ont des conventions collectives, mais un jour férié n’est pas forcément « chômé », c’est-à-dire, que vous êtes obligé de travailler et cela, à votre salaire normal ! (du moins si les clients n’ont pas annulé leur prestation)

Quelle est la valeur humaine ? N’est-elle réduite qu’à des objets ? Je me pose souvent la question du comment on peut bâtir une vie sur une valeur vide, qui n’existe pas en elle-même, sur du virtuel quoi !

Vous me trouverez peut-être naïve, j’ose croire que non. Ma vie a une valeur, votre vie a une valeur inestimable. Mais là, est un autre sujet, celui que je voulais rédiger hier matin, mais je devais travailler et n’ai pu écrire sur le sujet. Le sens de la vie, sa finalité, son but ultime, son vrai « moi », son vrai sens… Je m’y attellerai prochainement…

Votre vie m’importe….

Tout ce qui coule de source, n’est pas forcément limpide. C’est ce qui semblerait émaner de la « situation » de la Cascade de Gairaut, qui porte bien son nom, la maison de Garde n’étant que… accessoire.

Tout le monde connaît l’historique de cette cascade, arrivée en grande pompe en 1883 de Saint Jean La Rivière via le Canal de Gairaut, et dont les eaux sont traitées à Rimiez. On bâtit une maison de style autrichien,  la maison du gardien, dite la « Maison de Garde ». De la fin décembre 1883 à Mai 1884, se tint l’Exposition Internationale de Nice  sur la Colline du Piol, d’où peut-être la nécessité de faire venir l’eau de la Vésubie ? Une des meilleures eaux du département, d’ailleurs…

C’est un endroit bien emblématique pour les Niçois, qui se dégrade de plus en plus… D’où la nécessité pour moi de faire le point sur certaines choses. Ce qui le rendra bien moins romantique… Selon des recherches, la maison en elle-même appartient à Veolia, après avoir appartenu à la Compagnie Générale des Eaux, d’où, tout ce qui l’entoure, je suppose, jardins… etc. Quand je disais que ce n’est pas limpide… Besoin d’un peu de transparence ! A qui appartient le terrain, sachant qu’il y a des rondes de police sur la route la traversant ?

L’entretien est peut-être la réponse à la question. Pas d’endroit où faire ses besoins, oui, je sais, c’est très terre-à-terre… Des poubelles ? je n’en ai pas souvenir. Elles seraient vidées par qui, de toutes façons…

Beaucoup d’interrogations pour des faits certains : les Niçois(es) aiment à s’y promener, les touristes connaissent un peu moins, les autochtones un peu plus… (environs de Nice, comme Cannes). Je me souviens y être allée, plus jeune avec mes parents. Une vue magnifique sur Nice s’offre à ses visiteurs, On y cherche, sinon le calme, du moins la fraîcheur… Les canards y ont élu domicile et y prennent un grand plaisir. Depuis 2009, des barrières ont été mises en place, en sus de celles qui y figuraient déjà, pour empêcher les gens de tomber ou de s’y baigner. Peine perdue, aujourd’hui, ces barrières sont arrachées, par des jeunes je pense, en quête de sensations fortes, pour épater les filles, peut-être, des jeunes prêts à y passer la nuit, car, prenant le bus le matin tôt, et qui passe par la cascade, je vois parfois des jeunes monter dans ce bus, et il est évident qu’ils y ont dormi la nuit… En 2008, de gros tags romantiques décoraient les parois de la grotte, qui ont subi un nettoyage en juin 2010, et une protection anti-tags de ces parois.

Sont classés comme monuments historiques : les grottes, bassins, escaliers, cascades, toitures et façades de la maison de Garde.

Je vous propose une balade chronologique de la cascade au travers de mes photos dont les plus anciennes datent de 2008. Un site propose des photos plus anciennes : PACA.Culture.

Les dégâts aujourd’hui :

Balcon Côté Est P1000642-2 P1000697-2 P1000704 copie P1000727-2 P1000732-2 Toit Volets

Octobre 2008

GairautOct2008-01 GairautOct2008-02 GairautOct2008-03 GairautOct2008-04 GairautOct2008-05 GairautOct2008-06 GairautOct2008-07

Décembre 2008

GairautDec2008-01 GairautDec2008-02

Août 2009

GairautAout2009-01 GairautAout2009-02 GairautAout2009-03

Décembre 2009

GairautDec2009-01 GairautDec2009-02 GairautDec2009-03 GairautDec2009-04 GairautDec2009-05 GairautDec2009-06 GairautDec2009-07 GairautDec2009-08 GairautDec2009-09 GairautDec2009-10 GairautDec2009-11 GairautDec2009-12 GairautDec2009-13

Janvier 2010

GairautJanv2010-01 GairautJanv2010-02 GairautJanv2010-03 GairautJanv2010-04 GairautJanv2010-05 GairautJanv2010-06 GairautJanv2010-07 GairautJanv2010-08 GairautJanv2010-09 GairautJanv2010-10 GairautJanv2010-11 GairautJanv2010-12 GairautJanv2010-13 GairautJanv2010-14

La balade peut se poursuivre via l’église en contrebas, datant d’au moins 1441, avec de nombreuses réfections, et même un chemin, qui descend beaucoup plus bas sur l’avenue de Gairaut… (Mars 2013)

P1280402 copie P1280412 copie P1280416 copie P1280417 copie P1280421 copie P1280426 copie P1280430 copie P1280437 copie P1280441 copie P1280446 copie P1280454 copie P1280469 copie P1280476 copie P1280493 copie P1280504 copie P1280509 copie P1280519 copie P1280574 copie P1280577 copie P1280578 copie P1280594 copie P1280603 copie P1280623 copie P1280626 copie P1280634 copie P1280644 copie P1280669 copie

Mais, chut…. Descendons, descendons, doucement… Les yeux plein de rêves…

P1280613 copie P1280651 copie P1280674 copie P1280676 copie

Peut-être faut-il emprunter des chemins de traverse, pour sauvegarder notre patrimoine, ou tout simplement des lieux que l’on aime… Et en parler, et en parler, et en parler…  Car tout le monde est triste de voir un tel lieu en un tel état…

Que ce qui nourrit Nice en son sein, tous les jours de notre vie, en ouvrant simplement un robinet, que chaque Niçois, chaque Niçoise n’oublie qu’en ouvrant son robinet, cette eau vient de là…

Et que la maison de Garde ne veille plus sur grand chose sinon certes, sur la qualité de l’eau, mais qu’elle est tout un symbole…

Après un long, long canal……

CanalDeGairaut002 CanalDeGairaut005 CanalDeGairaut007 CanalDeGairaut009 CanalDeGairaut010 CanalDeGairaut011 CanalDeGairaut018 CanalDeGairaut019 CanalDeGairaut022 CanalDeGairaut024 CanalDeGairaut026 CanalDeGairaut027 CanalDeGairaut028 CanalDeGairaut031 CanalDeGairaut032 CanalDeGairaut035 CanalDeGairaut037 CanalDeGairaut039 CanalDeGairaut041 CanalDeGairaut045 CanalDeGairaut047 CanalDeGairaut049 CanalDeGairaut050 CanalDeGairaut051 CanalDeGairaut053 CanalDeGairaut075 CanalDeGairaut076 CanalDeGairaut077 CanalDeGairaut079

 

Cascade de Gairaut, élue sixième merveille de Nice !!!

La passion du clic, comme si vous aviez un appareil photo à la place du regard, comme si vous visualisiez la photographie, en sachant par avance si elle sera « bonne » ou pas… Ne pas hésiter une seule seconde entre l’achat d’une nouvelle télévision ou un nouvel appareil… A peine l’argent en poche, courir au magasin, après avoir parcouru les critiques, et puis, devoir faire un choix, la légèreté de l’appareil tout en ne sacrifiant pas la qualité mais pour pouvoir en faire n’importe quand. L’avoir toujours dans le sac.

Pour cela que j’ai opté pour un bridge. Je vous laisse découvrir mes premiers essais.

P1000213 copie P1000245 copie P1000262 copie P1000288 copie P1000351 copie P1000352 copie P1000366 copie P1000394 copie P1000408 copie P1000522 copie P1000548 copie

Même si les producteurs sont moins nombreux, faute de repreneurs, la fête de l’oeillet, emblème du petit village surplombant Nice, Falicon, fut un succès comme chaque année, sous un soleil bien printanier. Elle s’est tenue les samedi 2 et dimanche 3 avril.

Défilé de mode, danse africaine, des produits naturels fabriqués au miel, des oeillets…

Et, parmi les personnalités politiques : Mme G. Kruppert, maire de Falicon, M. Rudy Salles, M. Colomas, M. Floch (nouveau sous-préfet de Nice Montagne), et… Christian Estrosi.

Et des efforts récompensés…

La flambée de haine monte… On a peur des « Sarrasins« , ceux-là même que l’on avait fait fait venir pour reconstruire la France. La France n’arrive plus à les contrôler… C’est qu’ils font des enfants, ces bougres-là ! Des graines de racaille qui vous volent, vous violent, vous agressent, apprennent mal à l’école, font la loi dans leurs quartiers. Au secours, nous allons tous être convertis à l’Islam ! C’est qu’ils veulent des mosquées, ces bougres-là ! Avec leurs minarets, et à leurs portes, des odeurs de méchouis, de merguez, des moutons que l’on égorge, quelle horreur ! Quelle barbarie !

Qu’a-t-on fait sinon les entasser dans des ghettos, laisser leurs enfants à la traîne dans des classes surchargées, j’ai même entendu dire un principal de collège les traiter de légumes ! Bien sûr, il y a une culture différente, des mères ne sachant pas lire le français, des pères absents, des parents dépassés (combien de parents français ne le sont pas ?). Oui, il y a souvent de l’incivilité, des ados souvent agressifs, français pourtant, de par la loi, mais qui ne se sentent parfois ni d’ici, ni de « là-bas »… Ils ne sont plus nulle part. Souvent je croise le regard de « Français » sur des jeunes filles voilées, habillées de noir. La différence qui se voit.. fait peur.

Je suis enfant d’immigrés, bien blanche, aux yeux bleus. Née d’un père breton, d’une mère normande, à Cannes, j’ai émigré à Nice. Je ne suis plus de Bretagne, de Normandie. Et je ne suis pas de pure souche niçoise. La France de Sarkozy me fait mal, me fait honte.

Il faut des mosquées plus grandes pour que les musulmans puissent exercer leur religion dans la dignité, tout comme existent des églises, catholiques, protestantes, orthodoxes, des temples israélites, ou autres. Il est évident que l’immigration ne peut être extensible, qu’elle doit être régulée, que le voile intégral n’a pas sa place dans notre société qui obéit à certains critères.

Alors que les débats se renouvellent afin de stigmatiser certains groupes ethniques, la montée de la haine et de la peur grandit de chaque côté. Certes, nous devons peut-être nous poser des questions sur notre identité, qui doit être respectée également, c’est cela le respect mutuel (et le respect de sa terre d’accueil), certes, n’est-elle pas un peu en perdition mais cela ne dépendant aucunement en la croyance d’une certaine « invasion » (et ne se sent-on pas envahi par les « autres » quand on doute de sa propre culture ?) ? A cela s’ajoute un vote FN massif de personnes d’origine étrangère qui ont peur que l’on pique leur place… Alors, au bout du compte, on finit par ne vouloir mettre en avant que des simplissimes affirmations de « soit tu aimes la France, soit tu la quittes » ! Un touriste va aimer la France, ce n’est pas pour cela qu’il va rester…

Le silence des moutons blancs sur le dos de la mer devient inquiétant. Ces moutons qui bêlent et que l’on entend pas… A force de vouloir faire des vagues, le gouvernement perd de sa crédibilité. Mais, de cela, nous n’allons pas nous plaindre. Aux forces de gauche de nous montrer que la France peut être fière de ses différences…

HOMMAGE A ANNIE…

Annie Girardot s’est éteinte aujourd’hui à l’âge de 79 ans…

Que dire d’elle… Une femme exceptionnelle, du talent, un franc parler, une voix un peu rauque, une simplicité extrême… Une grande dame, tout simplement. Après une carrière extraordinaire, Annie souffrait de la maladie d’Alzheimer.

Lire l’article du NouvelObs.

Je m’en souviendrais toujours dans le film « La vieille fille », avec Philippe Noiret, ou dans un grand film de Lelouch, « Partir, revenir »…

Tu m’attendras dans une fête
J’aurai changé, qui ne change pas
Tu me reconnaîtras au simple fait
Que tu ne me reconnaîtras pas…

Voyageuse sans bagage
J’étais partie un jour
Laissant un livre ouvert
Et des pas dans la neige.

A quelle page en étais-je ,
Quelle image, quel visage ?
Revenir vers toi mon amour
Dans ma vie à l’envers.

Et je reviens de loin,
Nous sommes partis par millions
Nous sommes revenus bien moins,
Mais il reste toujours des lions.

Quand on n’a plus de nom,
Plus qu’un mot sur du marbre
Mais rouvrir la maison
Et planter d’autres arbres.

Derrière ton épaule dans la glace
Je sais que d’autres ont pris ma place.
Ton regard comme s’il me cherchait,
Passe sur moi comme un archet.

D’une autre vie peut-être
Comme si ta mémoire
Avait d’autres fenêtres
Et moi une autre histoire.

Mêler les souvenirs
A des reflets étranges
Ce n’est pas peur de mourir
C’est vivre qui dérange.


Entre passé et avenir, demeure le présent. Le passage de l’un à l’autre ne se fait pas forcément dans la douleur puisque nous sommes les acteurs (dont la pièce n’est pas forcément écrite par nous…) de son être, et porteurs de l’ancien et du devenir. Il arrive peut-être un temps où le passé meurt, un arbre courbant l’échine devant un orage trop violent parce que la nature en a décidé ainsi. Comme le vieillard qui meurt de vieillesse, tout comme un enfant mourant de maladie. La vie dans toute sa grandeur et ses bassesses qui nous font si mal.

Le présent, hélas, est également un schéma de société qui est en train d’évoluer vers l’individualisme, où les chiffres prennent plus de place que les mots, mais où également le seul chiffre qui revienne, paradoxalement, est un… On nous demande plus de productivité, on n’attend de nous d’être des consommateurs dociles, le « un » se retrouvant même sur Internet puisque nous avons dernièrement été assujettis à une taxe unique pour un multiple forfait comprenant l’Internet, la télévision et la téléphonie. Le service télévision se révélant souvent très médiocre et aléatoire selon la distance entre notre notre domicile et le raccordement DSLAM… Productivité n’apportant pas ses fruits à ceux qui la font, car le SMIC permet rarement de vivre décemment. Qu’en serait-il d’évoquer même brièvement, un retraité vivant en dessous du seuil de pauvreté, quand le fait même d’utiliser le verbe « vivre » devient indécent ? Comment parler de productivité humaine, également, quand, de plus en plus, les machines nous remplacent. Ainsi, nous sommes de plus en plus « confrontés » à des robots, ceux qui nous distribuent de l’argent, ceux qui scannent nos articles… Ceux qui nous répondent au téléphone ! Comment accepter la productivité quand il nous coûte moins cher de faire venir des produits de l’autre bout du monde que ceux produits juste à côté de chez nous ? Que devient-il de la productivité quand une personne n’arrive pas à trouver du travail, que ce soit avec ou sans diplôme ? On nous montre des Tunisiens qui disent ne pas arriver à trouver du travail avec un bac +3 et l’anglais, qu’en est-il en France ?

Ce qui se passe dans les pays arabes pourrait faire penser à la révolution française. Crise financière, pouvoir partagé entre une élite très restreinte, c’est le « petit peuple » qui bouge mais qui en récoltera les fruits ? La révolution française a transféré le pouvoir du clergé et de la noblesse en une autre manne : la bourgeoisie. Certes, nous avons des élections, la liberté d’expression, mais je ne suis pas si certaine que cela que nous puissions dire absolument TOUTE vérité sans en subir des conséquences indirectes…

Le Maroc est un pays vraiment à part dans le Maghreb de par le fait que son chef est un roi. La révolte n’y est pas aussi rapide, aussi violente que dans les autres pays du Grand Maghreb. C’est un pays en pleine transition, mais elle est lente, car le navire de son devenir peut faire craindre plus qu’un tangage, un chavirement… Mais vers quoi ?

Je me sens bien prétentieuse de parler d’un pays dont je ne suis pas originaire mais j’ai envie de laisser parler mon coeur pour un pays que j’aime tant !

Un pays en prise entre modernité et traditions…

Quoi de mieux que la musique pour vous mettre dans l’ambiance ?

Quoi de mieux comme langage universel que la musique qui sait allier les traditions et la modernité ?

Je peux en parler, peut-être, en tant que touriste un peu « spéciale », ayant été mariée à un Marocain, et n’ayant pas visité le Maroc comme une touriste « ordinaire »…

Le Maroc, pour moi, c’est cette immensité à l’odeur fauve, la première impression que j’ai eue en arrivant, ce qui m’a prise à la gorge, cette odeur si « fauve », un peu sauvage, et des paysages si vastes, entrecoupés de routes larges et modernes. Où les conducteurs conduisaient comme des fous ! je remerciais Dieu de sortir vivante d’une voiture…

Le Maroc, entre modernité et traditions se retrouve également dans ses villes, entre une Agadir qui pourrait faire penser à une ville touristique comme Cannes (ce que j’avais sorti à m’époque… Heureusement, je ne suis plus d’accord avec cette comparaison, je préfère… Agadir !) et Essaouira, un savoureux mélange de musique Gnawa, un air vivifiant, du bleu partout, du poisson si frais qu’il en sauterait dans vos assiettes, ou encore Marrakech, dont les touristes sembleraient ne retenir que la place Jamaâ El Fna et le jardin Marjorelle, Casablanca et son immense mosquée, Fès et ses souks, Tanger la Blanche….

Essaouira à l’ancienne :

Dans mes souvenirs, un thé à la menthe, dégusté sur une plage de Casablanca, un soir, non pas dans un café branché mais une simple chaise posée sur le sable, avec une petite table… Personne devant et personne derrière… Juste l’océan, le vent et l’air frais.. Un peu de silence, une petite pause dans les turbulences de la vie…

Et ce style de musique qui pouvait ponctuer les voyages :

Le chameau vous le dira…..

La corruption ? Oui, elle existe. Si vous acceptez de payer un policier qui vous arrête, vous soutenez la corruption. Mais, il est facile de se laisser intimider dans un pays qui n’est pas le sien.
Des souvenirs comme celui où l’on me refuse l’entrée d’un bar puisque je suis une femme… certes… Un taxi qui augmente ses tarifs dès qu’il me voit arriver ? Oui, cela est. En France, on augmente les tarifs quand les touristes vont arriver…
On vous ouvre les portes et on vous offre à boire, à manger… Je me souviendrai toujours d’un Maghrébin qui m’avait accueillie pour un entretien d’embauche (bénévole…) en plein été, et qui ne m’avait pas offert un verre d’eau ! Zut, c’était en France… Et d’un couple d’amis qui avait proposé de m’accueillir chez eux car je souffrais du quartier trop bruyant de ma belle famille…

Est-ce que le Maroc pourra passer ce difficile cap ? J’aimerais leur dire que la démocratie à l’européenne n’apporte pas toutes les réponses, nos vieux, on les met dans des maisons de retraite, nos enfants, on ne les comprend pas forcément mieux, nos pauvres, on les cache, les riches ont tout pouvoir… Personnellement, je pense que le Maroc est comme une grande famille, maintenant, l’avenir parlera, j’espère seulement qu’il ne sera pas manipulé…
Mon passé, ce sont ces souvenirs, mon présent, c’est l’image de cette France que j’aime et qui souffre, mon avenir… se situe entre un passé dont je garde les effluves et une certaine richesse qui se balade entre mes diverses « origines »… Si seulement j’avais eu à l’époque, un appareil photo numérique, que de photos j’aurais prises pour mieux vous faire découvrir ce merveilleux pays !

Je veux une opportunité de retourner dans ce pays et prendre moultes photographies de ses paysages et de son peuple. Je veux avoir la possibilité de vivre pleinement ! Vivre mes passions, vivre en me défaisant du passé, un petit peu, afin de respirer… Je veux me défaire de mes chaînes, celles que je m’accroche désespérément par peur d’avancer, peut-être pour un monde qui m’est si inconnu, un monde où le bonheur aurait enfin sa place…

Combien de fois n’ai-je entendu dans mon enfance : « Le roi dit nous voulons »…

Des corso (grosses têtes et fleuris), une place Masséna transformée, le carnaval de Nice cuvée 2011 débutera le vendredi 18 février au soir et cela, pour une durée de 2 semaines. Indispensable à l’économie locale, tout est fait pour que le touriste s’y sente bien. Beaucoup de Niçois regrettent cependant le défilé sur l’avenue Jean Médecin, et une ambiance beaucoup moins festive. Voici une liste de liens essentiels pour obtenir quelque information sur son passé, son actualité, et je vous invite également à retrouver mon groupe sur Facebook où, je l’espère, comme chaque année, des gens partageront leurs impressions :

– Le site officiel du carnaval,

– Un petit historique,

– Mon groupe

Et de quoi vous donner l’envie…

Non moins intéressante, la fête du citron à Menton, qui se déroule aux mêmes dates, à Menton et vaut franchement le détour. retrouvez leur site ici : Fête du citron. Je pense y aller cette année, au moins visiter le jardin Biovès.

Et, tant que vous y êtes, si vous aimez le mimosa, alors, un autre détour s’impose, à Mandelieu La Napoule et sa fête du mimosa. Mimosa d’origine des massifs du Tanneron, ne l’oublions pas…

Ne manque plus qu’à y inviter le soleil.

Et un petit cadeau pour tous ceux qui sont loin !!!!

De Pessicart en passant par Mantega-Righi pour aller vers les hauteurs de Saint Pancrace, faire un petit crochet par Las Planas en montant par le chemin de Piolet La Gruerie, redescendre pour remonter encore vers Gairaut, le 11ème canton est un trésor pour les yeux, et même pour les poumons avec le Parc de la Clua… Il est riche de paysages, certes mais également de visages humains, allant même jusqu’au coeur de la ville avec ses quartiers de Nice Nord. Car le coeur de la ville est vaste… Ainsi que celui de ses habitants.

Le 11ème canton est comme une belle femme que le regard des hommes ne cesserait de parcourir jusqu’à tenter de vouloir la parcourir des mains. Le coeur de ses aïeux vous parlera peut-être de son vallon obscur où les nobles dames et les sieurs aimaient se promener pour y cueillir sa fraîcheur. Aujourd’hui fermé, le vallon garde ses secrets.

Ce matin, samedi 22 janvier 20(11), avait lieu l’inauguration de la permanence de Claude Giauffret et Christine Dorejo pour les cantonales de mars. Je ne saurais envisager de meilleure candidature pour ce canton. En effet, Claude Giauffret, grandement impliqué dans son canton déjà par le biais de comités de quartiers, est un homme simple, droit, sincère. Il saura être non seulement à l’écoute des habitants du 11ème canton, mais également engager des démarches et des actions pour améliorer la qualité de vie de ces quartiers, et cela avec l’appui de la conseillère municipale du groupe Changer d’Ere à  Nice. Pas besoin de blabla, il suffit de le rencontrer pour s’en apercevoir au premier regard. Je vous invite à aller à sa permanence qui se trouve 40 avenue Saint Sylvestre (04.93.84.11.90, pour tout renseignement). Claude Giauffret et Christine Dorejo, du parti socialiste reçoivent le soutien d’Europe Ecologie, du MRC, ainsi que de Patrick et Dominique Mottard (candidats dans les 5ème et 7ème cantons).