C’est étrange, le monde bouge, change, à une vitesse difficilement contrôlable. Les événements en Tunisie, en Egypte, en Palestine, par exemple… Parfois mon navire ressemble à une chaloupe qui tangue, un passé lourd, qui semble me prendre en tenaille. Et d’un autre côté, le temps qui a passé a forgé différemment mon caractère, le rendant plus mature, me permet de laisser passer les tempêtes, il est si difficile parfois de prendre ses distances quand la blessure est largement ouverte. Encore saignante. Pourtant, la meilleure des choses est d’accepter que l’on ne peut changer certains faits et, que, même terriblement traumatisants, ils sont une partie infime de notre destin, ils sont une partie de nous. Je ne pourrai jamais oublier. Mais, telle une maison, les choses de l’esprit doivent être rangées. Certains de ses éléments doivent être classés, afin de passer à l’étape suivante. J’ai choisi déjà certains chemins, ils ne sont pas surprenants. Ils sont moi.

Etrange, disais-je… Je regardais mon ancien blog et un billet sur Noël, et là, rien n’a changé quant aux remarques que je faisais sur la place Masséna et son jardin de sapins, fermé la nuit et gardé… J’aimais bien les illuminations de 2008 !

Oups, petite anecdote qui n’a rien à voir mais sur les améliorations à apporter quant aux problèmes de stationnement à Nice… Boulevard Gambetta. Deux policiers sont sur le point de verbaliser des véhicules stationnés sur un emplacement pour livraison. Dont une voiture appartenant à une commerçante juste en face. De l’autre côté, un camion garé en double file pour débarrasser les objets encombrants d’un magasin où sont effectués des travaux. Les policiers qui font remarquer à la commerçante que la place de livraison aurait pu servir au camion… En fait, la double place de livraison est située de l’autre côté de la chaussée où se trouvent les commerces qui pourraient être livrés… Le camion garé en double file n’aurait pas pu se garer sur l’espace de livraison… Traverser Gambetta X fois pour débarrasser des objets encombrants ou livrer, en voilà une bien une bien drôle d’idée ! Bref, cet emplacement devrait plutôt se trouver de l’autre côté, là où la commerçante travaille, là où chaque matin, une camionnette se gare en double file, pour venir chercher ses marchandises… Boulevard de Cessole, aussi, souvent, le soir des doubles files… Partout dans Nice, des double files…

La vie bouge, la ville bouge… Mon blog un peu moins ces derniers temps… Et pourtant, que j’ai envie d’écrire…

Publicités