Tu es ma lumière, tu es mon aura
Mais, sans ton vivre, qui le saura ?
Je ferme les yeux pour mieux ouvrir mon cœur,
Levant les paumes de mes mains vers les cieux
Et accueillir ainsi maints rayons de leurs valeurs
Infinie jouissance de leurs devenirs pieux…
Tu es ma lumière, tu es mon aura
Mais, sans ton être, qui le verra ?

Chaque vibration est une ronde vers l’infinie
Chaque battement d’aile est un souffle du divin
Chaque route est une main qui mène à la vie
Une invitation à partager, un lendemain…

Tu es ma lumière, tu es mon aura
Mais, sans ton devenir, qui le vivra ?
Je lève mon front pour cueillir l’immensité
Je plie le genou pour mieux la recevoir
Humble enfant de l’univers et de la piété
Oubliant ses désirs afin de mieux pouvoir…
Tu es ma lumière, tu es mon aura
Mais, sans ton faire, qui le sera ?

Publicités