La vie, la vraie, est souvent hors des sentiers battus. Elle n’est pas figée comme cette statue. Même si comme une partie de celle-ci, elle a un socle fixe, l’essentiel se trouve dans l’être et le devenir. Nous avons tous un passé, plusieurs même, un, celui de nos parents proches, et un plus dissimulé, qui se niche dans le passé d’ancêtres que nous n’avons pas connus, avec ses mystères, ses causes et ses effets, dont nous ignorons souvent l’existence mais qui tisse un morceau de notre toile. Les préjugés et acquis, on a du mal à leur faire la peau. Souvent, on se débat avec des idées que nous croyons nôtres mais ne le sont pas vraiment. Puis, viennent se greffer de vagues fantômes de notre propre existence, avec lesquels nous nous débattons encore une fois. Les épreuves vécues par le passé, que nous répétons à l’infini, car elles sont le seul schéma de vie que nous connaissons. Et puis, celles que l’on vous inflige, comme une immense gifle. Certaines, bien ciblées. Alors, les vieux fantômes renaissent, resurgissent d’entre les décombres d’une vie déjà lourdement chargée. Mais tout cela n’arrive pas par le fait du hasard. Tout est écrit. Peut-être que cela rassure, peut-être que cela soulage de penser cela. Nous avons pourtant en mains tout ce qu’il « faut » pour y parer, pour dévier le soc, et le sillon ainsi dévié nous donnera peut-être plus de satisfactions… Il est, dans tous les cas de figure, inutile de se lourder de pesantes charges… C’est ainsi que la curiosité doit me pousser plus en avant, dans ce qu’il est déjà écrit, vers des voies certes incertaines mais probablement plus propices à mon épanouissement. Il n’est surement pas dans une bergerie ! Tout ce qui fait mon passé inscrit mon avenir : un esprit curieux, avide et indépendant. Rien ne peut stopper sa route puisque la mort ne l’effraie pas, qu’aillent au diable ceux qui pensent pouvoir lui faire barrage !

Si tel est mon destin, Inchallah !