DSC05593 [640x480]DSC05602 [640x480]DSC05635 [640x480]

Je sais. Je sais qu’il est des choses dures à comprendre, je sais que des gens ne me croient pas, je sais qu’il en est qui se moquent. Je sais. Je sais que ce n’est pas fini, que, dans l’esprit de certains, ce qui s’est passé un 14 octobre 2008, ce n’est que le fruit de mon imagination, qu’il en est même qui me traitent de folle… Je sais que, si l’on ne correspond pas à un stéréotype bien précis, on est à l’écart de la société. Peu importe. L’important est que moi, je sache. Et c’est définitivement inscrit dans mon âme car je n’attends plus rien, désormais, de la justice, et c’est bien cela, surement, le plus triste. J’y ai fait légèrement allusion, dans un précédent billet, je l’ai même écrit dans son intégralité sur un autre blog, anonyme, dont le lien est inséré quelque part dans ce blog… C’est bien dommage de ne pas en parler à coeur ouvert, c’est dommage, car cela s’est réellement passé, tel que je le décris, c’est dommage, car il faudrait pouvoir mettre en garde les gens. Je dirai juste alors aux personnes qui me lisent de se méfier de Msn, d’un tchat qui pourrait paraitre anodin, il existe des techniques pour manipuler les gens, à leur insu. Se méfier du téléphone car il existe là également des techniques secrètes de manipulation. Il m’a fallu un an pour m’en remettre. De la ténacité, de la volonté, du courage. Ce soir, j’avais envie d’y mettre un terme et suis allée balader mon esprit au bord de la mer comme j’aime tant le faire, surtout en hiver. L’air frais, l’air marin, surtout, une bonne marche cadencée, et l’esprit se libère. Se retrouve.

Il était temps de passer à autre chose.  La vie n’est pas une croix à porter…

DSC05622 [640x480]