Fantasque [800x600]_GF

Ne nous trompons pas. Qui peut se glorifier d’une grosse avance (victoire ?) avec un taux d’abstention de près de 80% ?

Forte abstention due à de multiples facteurs. Une campagne pendant les vacances scolaires, une élection à la rentrée, un moment si important pour une famille… 11 candidats… Deux listes vertes, deux listes extrême gauche, deux listes extrême droite…  Bref, au lieu d’un coup d’éclat, on se retrouve sur un vent de dispersion… Un parti socialiste qui a voulu faire bande à part aux cantonales, un parti communiste qui a pris son indépendance à la mairie, un MoDem qui paie son échec aux européennes…

On retrouve au niveau local la « désorganisation » de la gauche, je l’appellerai poliment ainsi, l’oubli momentané (à long terme) de l’identité de l’adversaire à combattre, le déni de la population, que l’on retrouve au niveau national… L’effet écologique a une retombée moyenne sur les cantonales, ce qui devient inquiétant, c’est plutôt la montée de l’extrême droite, surtout locale, et parfois assez concentrée sur certains quartiers  dits populaires…

Au niveau des personnes, et ceci est un avis bien personnel, je dirais qu’Emmanuelle Gaziello (PCF) est des plus méritantes, toujours active, j’ai bien pu l’observer lors des conseils municipaux. Je n’arriverai pas à dire du mal de Xavier Garcia (PS), une personne que j’apprécie, pour sa simplicité et sa droiture. Je suis triste pour Fabien Bénard (MoDem), militant au quotidien, et qui « paie » pour un échec de son parti aux européennes. Les scores ne sont pas surprenants quant à la majorité municipale par rapport à certaines circonscriptions (La Libération notamment).

Il nous viendra seulement à l’esprit qu’également, des élections cantonales qui surviennent en pleine rentrée scolaire avec comme candidat un adjoint à la la jeunesse et l’éducation, cela laisse rêveur…

Désolée si je ne peux m’empêcher de légèrement railler les billets au vitriol de Patrick Mottard contre le parti socialiste local, plutôt que de souligner certaines « coïncidences »… comme billets déplacés (par rapport à l’adversaire véritable). Tout comme il rappelle les scores qu’il a lui même récoltés, ainsi que ceux de Pierre Laigle, candidat en 2001 (beau score), tout en omettant ceux de 2008 qui ont permis à Jean-Pierre Mangiapan d’être « auto élu », ceci dû à un oubli, celui de s’inscrire pour le deuxième tour (chose humaine). Mais peut-être est-ce dû au fait que Pierre Laigle, lors des cantonales du 12ème canton, s’est rallié à la majorité municipale ? (lire entre les lignes)

Une élection en 2008, invalidée pour une broutille (disons moins que ces élections ne vont coûter aujourd’hui), pour recommencer en 2011… Allez voter dans ces conditions…

Pour citer Nice Matin, « Lauriano Azinheirinha, l’adjoint (Nouveau Centre) à l’éducation et à la jeunesse de Christian Estrosi, a enlevé, d’entrée, tout suspense à l’élection avec 40,54 %. » Et si les électeurs voulaient du suspense ? Il est vrai qu’avec les émissions « à 2 balles » qui passent sur certaines chaines, on peut, peut-être, croire, que le suspense serait bidon. Pour voter Lauriano Azinheirinha, tapez 1, pour voter Xavier Garcia, tapez 2…

Quant aux consignes de votes, je me pose toujours la question si les votes appartiennent à quelqu’un et si, au bout du compte, on ne finit pas toujours, par voter contre… Bizarrement, je m’éloigne de ce genre de groupe sur Facebook. Dès que je vois un groupe « Contre… », je clique sur « Ignorer », mis à part pour les « grandes causes »…

Et pour des élections, y’a tout bon, comme le déplacement de la prison vers le « Pays des Paillon« , un nouveau pont sur le Paillon… (oups)

Un Paillon qui se meurt…

Alors… Inutile de dire ce qu’il serait intelligent de faire. Mais après tout il pourrait y avoir redondance. Ou récurrence.

Publicités