2907-Artifice066_GF

Depuis hier, Facebook est devenu une vraie jungle aléatoire… Ses dysfonctionnements sont devenus continuels. En surfant sur cette toile sociale, d’applications en « mur », je me suis aperçue maintes fois de bugs aléatoires et notamment, de pages qui venaient avec un message d’erreur, comme « cette page a de multiples redirections » ou des choses de ce style. Souvent les actualités que je postais n’étaient pas vues de mes amis, ou alors, mon nom (s’il apparait), quand on clique dessus, n’amène qu’à la page d’accueil. J’ai décidé une première fois de changer de navigateur Internet, puis, comme aucun changement n’opérait, j’ai décidé de changer mon nom d’accueil, puis de mot de passe, en cas d’éventuel piratage. Rien n’y a fait.

Je me demande si cela n’a pas un rapport avec sa récente acquisition de FriendFeed, et le fait que l’on peut basculer certaines actualités sur Twitter. Des complexités, déjà surchargées par les moultes applications (qui deviennent cauchemardesques avec le nombre d’amis important), finiraient donc par avoir la peau de ce réseau ? En effet, son intérêt, quand même, c’est l’échange, et cela finit par devenir un embrouillis d’échanges qui se perdent sur la toile pourtant confinée de Facebook.

Ce dont je me rends de plus en plus compte, et je suis sure que vous serez d’accord avec moi, c’est que l’on devient facilement « accro », car, même si c’est virtuel, parfois, on se fait de vrais amis, et on partage vraiment. Facebook, tout comme Internet en général, a ce paradoxe étrange de sortir de la solitude tout comme il a tendance, avec la même force, à pousser à l’isolement et la… solitude ! J’ai parfois l’impression d’un lieu où l’on doit se « faire sa place », mais, cela dépend évidemment de l’usage que l’on entend faire de ce réseau. Malgré tous ces dysfonctionnements, cela reste un outil extrêment intéressant pour le caractère « immédiat » qu’il sous-entend. En effet, les actualités sont immédiatement transmises à tous vos amis…  Comme elles peuvent être immédiatement noyées.

L’autre souci qui continue de me turlupiner, c’est la confidencialité de ce que l’on y met, vidéos, photos, humeurs… sachant, que cela dépend notamment de l’intégrité de vos « amis » moins proches que ceux avec qui vous avez l’habitude de partager régulièrement. Surtout quand on joue (fun mayor, cool…)… les amis « amènent » les amis qui « amènent » d’autres demandes et parfois cela réserve de mauvaises surprises… Je ne supprime que peu (quel terme, supprimer !!!) d’amis de ma liste, mais parfois, cela devient nécessaire. Ce qui m’a fait sourire, dernièrement, c’est la demande d’amitié de quelqu’un avec qui j’avais eu une chaude discussion à propos de l’affaire Josef Fritzl, un père incestueux, et un cas monstrueux… Manque de bol pour lui, je ne risquais pas de l’oublier… et je l’ai bloqué… ben oui, on peut « faire » cela aussi. Je sais qu’il y a des gens qui me bloquent également… On ne peut pas plaire à tout le monde… Il faut également savoir que certains organismes utilisent Facebook pour certaines actions bien précises, il n’y a pas que les patrons, si vous voyez ce que je veux vous dire… Et donc, certaines applications sont à éviter….

Bref, Facebook, ça peut être bien, à doses homéopathiques, je suis certaine que d’ici quelques années, des cures de désintoxications vont fleurir comme des petits pains… Je m’inscris déjà…