Luceram379 [640x480]_GF

La vie a-t-elle un prix ? Je vous propose de visionner l’émission « Conversations d’avenir », avec Jacques Attali, sur le trafic d’organes… sur le site de Publicsénat, puisque WordPress est limité en partage de vidéos !!! Sachant que les gens sont prêts à tuer pour vendre des organes, il est effectivement urgent de trouver une solution… Tout en espérant que la science fiction ne rattrape pas la réalité, je me souviens de ce film, The Island (l’île) où des gens ne sont « créés » (clonés) que pour produire des organes pour les personnes qui ont payé…

Comme tout trafic, ce dernier n’avantage que les intermédiaires les mieux placés bien sûr…

Comme le dit Jacques Attali, les dons d’organes sont automatiques (à moins que la famille proche ne s’y oppose) en Belgique, selon une loi du 13 juin 1986, pour les ressortissants belges mais également étrangers (si domiciliés depuis au moins 6 mois) ! Comme quoi, encore une fois, tout vient également de l’information fournie aux ressortissants d’un pays, et, du besoin (sinon vital…) de s’informer sur les lois du pays où on a décidé d’habiter… J’avoue ne pas comprendre les subtilités de leur loi puisqu’ils font également campagne pour que les gens signent un accord de don d’organes de  leur vivant (peut-être pour leur permettre de décliner le refus d’un proche ???).

En France, une première loi (loi Caillavet de 1976) avait établi le « consentement présumé » confirmée par  une nouvelle loi relative à la bioéthique en 2004. Je vous conseille de lire cet article complet, si vous vous intéressez à ce sujet, sur France Adot. De le lire jusqu’au bout puisqu’au bout du compte, cela devient plus compréhensible et la présomption de consentement subsiste et donc, nous sommes tous des DONNEURS consentants à moins de n’en avoir exprimé la non-volonté de son vivant. La loi de 2004 devrait être revue dans son ensemble 5 ans après sa mise en application.

Drôle de sujet, pour un dimanche, mais j’ai allumé ma télé ce matin et ai regardé la chaine parlementaire…

Un sujet délicat puisqu’il touche à la « propriété » la plus personnelle d’un individu. Ce qui me cause personnellement souci, c’est que l’âme n’aurait pas quitté mon corps quand on toucherait ce corps pour le « cisailler » car il me semble que la transplantation doit se faire rapidement. En même temps, sauver une vie… Une amie m’avait dit qu’il fallait 3 jours pour que l’âme quitte le corps… Mais l’âme n’est-elle pas compatissante ? Tout un débat…

Il faut également savoir qu’en donnant son accord de son vivant, la transplantation pourra se faire plus rapidement. A vous de choisir !

Publicités