FloLe journal télévisé et j’entends parler d’un clip tourné avec Clara Morgane, ancienne star du porno, pour le compte du CFCV (Collectif Féministe Contre le Viol), dans le cadre d’une campagne de sensibilisation contre le viol. D’où mon titre provocateur.

Oui, provocateur. Car, souvent germe dans les esprits des femmes la culpabilisation. Ce sentiment de culpabilité ne vient pas seul. Il est le fruit de millénaires de mise sous tutelle de la femme, de son maintien dans un rôle bien défini. Ne dit-on pas souvent que la femme est objet de désir, il est vrai que le corps des femmes s’y prête et cependant.

Ce qui est grave, c’est que l’homme n’entend pas le « non », encore un caprice de femme, nous sommes si changeantes, n’est-ce pas ? si difficiles à comprendre.

Environ 1 femme sur 6 est victime de viol, et 83% d’entre elles connaissent leur agresseur. Pire encore. Selon le docteur Gilles Lazimi, seulement 4% des viols ou tentatives de viol sont signalées aux forces de l’ordre. Lire l’article sur Le Parisien.

Quelque part, cela me rassure. Quelle ironie. En 1998, j’ai été victime d’un viol, je connaissais mon agresseur. Il m’avait droguée. J’ai dit non. Trois fois. Peu soutenue à l’époque, je n’ai pas porté plainte. J’ai croisé cet homme, pendant  des années. Que faire quand il travaille (travaillait) dans la même rue que celle où vous habitez ?

C’est pour cela que j’insiste sur le respect de la femme (et de l’homme, que celui-ci ne se croit pas totalement à l’abri), des images qui peuvent s’offrir par delà les publicités. Sans pour autant incriminer qui que ce soit. C’est pour cela que cela m’énerve dès que l’on me parle de voile, pour ne pas éveiller le désir de l’homme, soi-disant. Quels que soient les atours de la femme, l’homme sera l’homme et gardera ses pulsions sexuelles plus intenses (peut-être) que celles de la femme. Mais c’est un homme qui m’a dit une fois que c’était la tête qui commandait.

Tout comme pour l’inceste, il faut lever les tabous. Ce sera peut-être, enfin, un grand pas pour la société.

Pour regarder le clip, allez sur le site du collectif CFCV.

Quelques renseignements utiles :

– Appeler une personne de confiance, qui vous soutiendra
– Faire appel à une association de victimes qui pourra mieux vous guider dans vos démarches (dans le 06, l’association Montjoye, 6 rue Vernier, 04.93.87.94.49)
– Ne pas rester seul(e), en parler, à un psychologue ou un psychiatre
– Lire le site SOS Viol

Tout ceci est nécessaire afin de faire constater par un médecin légal les « preuves » du viol ou de l’agression sexuelle. Ne faites pas comme moi, ne vous taisez pas. Vous êtes une victime, vous n’êtes pas coupable.

Cela m’aurait peut-être aidée pour l’agression à caractère sexuel que j’ai subie, exactement 10 ans après ce viol.