12canton089

Pas de parti pris, pas de démesure, pas de haine, pas d’amour, pas d’amitié, pas d’inimitié, pas de jalousie, pas de rancune, pas d’aigreur, pas de douceur, pas de violence, des mots qui s’écrivent au fur et à mesure. Puis, regarder ses messages et voir que rien ne change. Rien.

Jeter la première pierre… On me l’a jetée, alors je la renvoie… Peut-être un réflexe. Pas de haine. Une pierre que l’on trouve comme ça, sur son chemin, on n’a pas envie de s’y prendre les pieds.

Ce que j’ai écrit sur Facebook, résume à peu près ce que je ressens.

L’important, c’est de savoir. Savoir qui on est, et, quand on ne sait pas ce qu’on veut, savoir, du moins, ce qu’on ne veut pas. Parfois, ce sont des silences qui vous le disent, plus forts que des mots. Alors, on s’aperçoit que l’on n’a que sa propre image devant soi. Et ça rassure, au bout du compte…

Je l’ai déjà écrit, la droite n’a pas besoin de ce canton pour défendre les habitants du canton.

Mais ce combat n’est pas le mien.

Publicités